Cercle Cité

Venue

Upcoming events

There’s no upcoming events

Past events

PUT IT ON! LE LUXEMBOURG S’HABILLE Les vêtements ne sont pas seulement des pièces de tissus qui habillent ou parent l’humain, ils sont aussi le reflet de la société dans laquelle nous vivons. Tandis que durant des siècles, les vêtements permettaient d’identifier avant tout la profession ou la position sociale de ceux qui les portaient, leur individualisation est apparue de pair avec la perméabilité, croissante, de la société. Les vêtements ont depuis bien plus de fonctions que d’offrir simplement protection et chaleur : ils doivent aussi exprimer la propre personnalité et les préférences individuelles de leurs propriétaires. La mode assure un renouvellement constant de l’habillement, mais reflète également les changements politiques, économiques et sociaux. Dans ce contexte, celle-ci peut par exemple être l’expression d’une adaptation ou d’une rébellion, signaler un bouleversement social ou au contraire une persistance dans les conventions. Mais les vêtements individualisés sont également normés et expriment le plus souvent la volonté d’appartenir à un certain groupe et d’en être accepté. À travers cette exposition, la Photothèque s’intéresse aux aspects de la mode au Luxembourg depuis le début du 20e siècle. Les vêtements professionnels et les toilettes destinées à certaines occasions contrastent avec les tenues décontractées des jeunes dans les années 1970. Au début du 20e siècle, les femmes et les hommes issus de la bourgeoisie se font tirer le portrait et témoignent également leur style de vie, plutôt haut de gamme, à travers leurs vêtements. Les nombreux défilés de mode qui ont eu lieu à Luxembourg-Ville montrent que la mode est également liée à la quête d’une certaine forme de beauté. Un coup d’œil aux vitrines et aux magasins de tradition de la ville invite les visiteurs à flâner. La mode est éphémère, mais le désir, pour tout individu, de se positionner dans son contexte social persiste à travers les siècles. Vernissage Le vendredi 12 juillet à 17:00 Entrée libre, sans inscription Des photographies seront réalisées pendant le vernissage, dans le cadre de la communication du Cercle Cité. Si vous ne souhaitez pas y figurer, merci de vous adresser au personnel d'accueil du Cercle Cité. Organisation : Photothèque de Ville de Luxembourg Commissaires : Christian Aschman et Gaby Sonnabend Vernissage de l'exposition : 12.07.2024 - 17:00
LA VICTIME *** queer loox présente *** LA VICTIME de Basil Dearden 1961 | thriller néo-noir | 100 min | UK | Anglais avec sous titres en français Le 9 juillet, plongez avec queer loox et Luxembourg Pride dans l’histoire LGBTIQ+ avec la projection de La Victime, un thriller néo-noir de Basil Dearden de 1961. Le célèbre avocat Melville Farr (Dirk Bogarde) décide de défendre un ouvrier, victime de chantage en raison de son homosexualité, malgré les risques pour sa propre carrière. Considéré aujourd'hui comme un classique de l'histoire du cinéma britannique, ce film a été le premier en Grande-Bretagne à aborder explicitement l'homosexualité et à la traiter de manière progressiste et empathique. On lui attribue en grande partie la libéralisation des attitudes à l'égard de l'homosexualité en Grande-Bretagne et sa dépénalisation en 1967. En collaboration avec Luxembourg Pride, Rosa Lëtzebuerg, et Cercle Cité.
SCREENINGS ON INCLUSION - WEE BASS DU? Cette année-ci, le Cercle Cité poursuit sa série de projections de courts-métrages et films d’artistes, qui aborderont de manière philosophique et inédite différents aspects de la question de l’inclusion, de l’accessibilité, de l’intégration et de la discrimination. Ce sont des débats de grande actualité dans une société qui d’un côté prend de plus en plus conscience du sujet de l’identité et de sa diversité, mais qui néanmoins affronte des difficultés à s’adapter à cette nouvelle conscience. Les questions de migration et de féminisme, la quête d'identité (artistique), les droits des personnes à besoins spécifiques, ceux des personnes appartenant au groupe LGBTQIA+ ou encore les défis de la parentalité : les thèmes liés à ces débats sont multiformes et touchent nombreux et nombreuses d’entre nous. Cette projection, organisée en collaboration avec la Ville de Luxembourg, présente le projet audio-photographique Wee bass du? de Jessica Theis. Il s’agit d’une série de photographies accompagnées d’enregistrements issus de différentes conversations. Souvent, les personnes avec un handicap mental sont confrontées à des préjugés ou sont traitées de façon différente. La photographe a donc décidé de leur donner une voix par ce médium tout en enregistrant leur conversation durant la prise de vue. « Wee bass du? », « Qui es tu ? » est toujours la première question posée. Certains ont des difficultés à approcher des personnes qui ont un handicap mental. L'art et la culture peuvent alors être un pont, un terrain neutre, un point de rencontre. La projection sera suivie d’une conversation avec la photographe. L’exposition des photographies de la série Wee bass du? sera inaugurée à la Place de Strasbourg le 18 juin 2024, à 16:00. Dans le cadre du Projet Cliché – société en migration de l’Œuvre Grande-Duchesse Charlotte Entrée gratuite, sans inscription. La nourriture n'est pas autorisée dans l'espace de projection. Lieu : Auditorium Cité Organisation : Cercle Cité en collaboration avec la Ville de Luxembourg Durée de la projection : 40 min. Langue : Luxembourgeois
SCREENINGS ON INCLUSION - QUEER SHORT FILM NIGHT Cette année-ci, le Cercle Cité poursuit sa série de projections de courts-métrages et films d’artistes, qui aborderont de manière philosophique et inédite différents aspects de la question de l’inclusion, de l’accessibilité, de l’intégration et de la discrimination. Ce sont des débats de grande actualité dans une société qui d’un côté prend de plus en plus conscience du sujet de l’identité et de sa diversité, mais qui néanmoins affronte des difficultés à s’adapter à cette nouvelle conscience. Les questions de migration et de féminisme, la quête d'identité (artistique), les droits des personnes à besoins spécifiques, ceux des personnes appartenant au groupe LGBTQIA+ ou encore les défis de la parentalité : les thèmes liés à ces débats sont multiformes et touchent nombreux et nombreuses d’entre nous. La " queer short film night " est un nouveau format organisé en collaboration avec Rosa Lëtzebuerg asbl. Les trois courts-métrages sélectionnés suivent trois couples de protagonistes, mettant en lumière les différentes facettes et les défis de l’amour, de la sexualité et des relations de manière générale. Zara Dwinger, Yulia & Juliet, 2018 : Yulia et Juliet, toutes deux âgées de 16 ans, sont enfermées dans un centre de détention pour mineurs. Malgré leur situation, elles se sentent capables de tout affronter ensemble. Elles sont amoureuses l’une de l’autre. Puis Juliet est libérée. Andree Ljutica, How to Say I Love You at Night, 2020 : Lorsque Paul refuse de partir, la nuit de sexe et de drogue de Benny prend une tournure étrange. Ce film de seize minutes en prise unique explore les notions d’intimité, de sexualité et de violence entre hommes. Beck Kitsis et Chris McNabb, Valentine, 2022 : Avec leur identité et leur genre en transition, Corey et Mia s'efforcent de redéfinir leur relation. Une table ronde organisée par Rosa Lëtzebuerg clôturera la soirée. Entrée gratuite, sans inscription. La nourriture n'est pas autorisée dans l'espace de projection. Lieu : Auditorium Cité Organisation : Cercle Cité en collaboration avec Rosa Lëtzebuerg asbl Durée de la projection : 39 min. Langues : Yulia & Juliet : néerlandais avec sous-titres anglais / How to Say I Love You at Night : anglais / Valentine : anglais
SUPERIMPOSITION Le Cercle Cité a le plaisir d’inviter le public à découvrir l’œuvre SUPERIMPOSITION imaginée par Filippo Lilli et Donato Loforese du collectif italien Polisonum, à travers la performance qui est au cœur de ce projet multiforme. Celle-ci a été spécialement conçue pour les espaces du Cercle Cité en vue de sa première mondiale dans sa Grande Salle. La manifestation est gracieusement soutenue par l’Ambassade d’Italie au Luxembourg. Le projet SUPERIMPOSITION explore le concept des vers d’oreilles, ou earworms – ces éléments sonores qui se greffent de manière coercitive au cerveau jusqu'à devenir des parasites et provoquer des mécanismes de contrôle cognitif. Ces vers sonores sont liés à la culture de masse comme la musique pop, les publicités, les jeux vidéo et les génériques de télévision. Ils peuplent également les aéroports, les bars, les magasins, les salles de sport et les centres commerciaux et se caractérisent par des séquences de mélodies redondantes dont il est difficile de se détacher. Sur la base de ce concept, SUPERIMPOSITION propose une analyse de données de plus de 10 000 titres musicaux figurant dans les charts internationaux populaires, de 2000 à 2022. Cette analyse - qui se base sur la quantité et la répétitivité de la musique - a été automatisée à l'aide d'un logiciel spécialement développé pour ce projet. Sur base d'algorithmes et de techniques d'analyse de données, des extraits musicaux caractéristiques ont été sélectionnés. Leur superposition, générée mathématiquement, compose l'œuvre SUPERIMPOSITION – une composition dans laquelle aucune mélodie n'est reconnaissable. Cette œuvre musicale sera présentée à travers un acte performatif conçu sous la forme d’un défilé de mode. Le tout fait écho à d'anciens rituels, dans lesquels l'interprète et le spectateur deviennent un seul et même corps sur scène. Les cinq performeurs venus d’Italie interagiront alors avec le public et l’espace historique du Cercle Cité : ils communiqueront avec lui dans une langue abstraite et universelle de gestes et de mime. Dans cette chorégraphie, ils présenteront également des vêtements conçus avec la marque MARIOS et faits de tissus capables de réfracter et d'absorber la pression sonore (identifiés avec le soutien technico-scientifique du Politecnico di Torino). Ces armures peuvent alors être perçues comme des protections empiriques pour l'oreille et pour le corps. Cette performance scénique et sonore sera présentée dans la Grande Salle du Cercle Cité. Elle sera également le sujet d’une œuvre vidéo, qui sera montrée par la suite dans la petite salle du Ratskeller, ensemble avec certains costumes et éléments de recherche dans l’exposition éponyme qui ouvrira ses portes au public le 4 mai 2024. Polisonum (Filippo Lilli, Donato Loforese) est un collectif qui utilise le son comme méthode et dispositif d'investigation pour explorer les processus et les métamorphoses liés au temps. Ils créent des installations et des performances sonores en dialogue avec le langage visuel. Grâce à leur identité hybride, qui réunit de multiples disciplines, ils construisent des projets qui s'appuient sur une pratique dense d'étude et d'analyse dans le but d'expérimenter l'écoute active et la visualisation. Le projet SUPERIMPOSITION est soutenu par la Direction générale de la créativité contemporaine du Ministère italien de la culture dans le cadre du programme du Italian Council (2023) et sera présenté à la *Alte Fabrik (Rapperswil, CH), l’Ars Electronica (Linz, AT), le Careof (Milan, IT), le Haus der Kunst (Munich, DE), l’Iklectik (Londres, UK), le Politecnico di Torino (Turin, IT) et l’OTO SOUND MUSEUM (Zürich, CH). SUPERIMPOSITION entrera dans la collection du MAMbo - Museo d'Arte Moderna Bologna. Organisation : Cercle Cité avec le soutien de l’Ambassade d’Italie Inscription requise : inscription@cerclecite.lu [https://www.luxembourg-city.com//inscription@cerclecite.lu] Artistes : Polisonum [https://www.luxembourg-city.com//www.polisonum.com] Co-commissaires : Francesca Ceccherini et Anastasia Chaguidouline Conservatrice des données : Elisa Bernardoni Design de mode : MARIOS Collective Recherche sur les matériaux et la phono-résistance : Marco Carlo Masoero, Louena Shtrepi, Politecnico di Torino, DENERG Soutien scientifique : Francesco Nucci, neuroscientifique
WANG BING: MEMORIES Espace d'exposition Ratskeller (rue du Curé) Dans sa toute première exposition au Luxembourg, le célèbre cinéaste chinois Wang Bing met la mémoire en relation avec l'histoire, en retraçant des souvenirs personnels de la campagne antidroitière ou de la révolution culturelle en Chine au XXe siècle. Cette mémoire collective s'exprime à travers trois récits individuels et quatre films, sélectionnés en étroite collaboration avec l'artiste. L'exposition, en cohérence avec le modus operandi de Wang Bing, adopte une approche minimaliste en montrant des extraits concis de son œuvre sur écran mono, afin de permettre au public d'expérimenter et de se consacrer au contenu puissant, concentré et extensif de l'œuvre. Dans l'Œuvre de Wang Bing, la mémoire s'exprime par le souvenir individuel d'un passé collectif, par des rencontres personnelles avec ses sujets. Lorsque des destins individuels évoquent le destin de millions de personnes, le personnel devient politique, l’individu devient sociétal. Dans Mrs. Fang, Wang Bing transgresse les limites du cinéma en filmant les dix derniers jours de Fang Xiuying, une ancienne ouvrière agricole atteinte d’Alzheimer. Les yeux grands ouverts, incapable de parler, de manger, de bouger, de communiquer ou de poser des limites, la femme meurt dans la douleur, entourée de sa famille et de ses voisins qui boivent, mangent, jouent, sortent pêcher ou fumer, jusqu'à ce que l'événement de la mort provoque le silence. Wang Xilin dévoile les marques extrêmement douloureuses que la révolution culturelle de Mao Zedong a laissées sur son corps, son esprit et son âme. Au cours de sa vie, il a retranscrit ses souvenirs de prison, de torture, de mort, de déshumanisation, d'agonie et de persécution dans ses symphonies, qui ont fait de lui l'un des plus importants compositeurs chinois modernes. Man in Black est une rencontre biographique en tête-à-tête avec le compositeur dénudé dans le cadre historique du Théâtre de Bouffes du Nord à Paris. Dans Fengming, chronique d’une femme chinoise, les horreurs de l'histoire récente de la Chine sont révélées au public à travers l'histoire déchirante de la vie d'une dame âgée dans la République populaire de Chine, confessée dans un monologue de plus de trois heures. Elle parle de son engagement et de son espoir en tant que jeune journaliste communiste, de la campagne antidroitière, du silence, de l'humiliation, des pensées suicidaires, de la faim imminente, de la lutte contre la mort dans les camps de rééducation par le travail, surtout à Jiabiangou, où elle a perdu son mari. En juillet 2005, Wang Bing s'est rendu dans le désert de Gobi, une caméra 35 mm à la main. Il marche d'un pas rapide à travers les champs qui étaient autrefois le tristement célèbre camp de rééducation antidroitier de Jiabiangou, où plusieurs milliers de déportés sont morts de faim. Il capture des Traces de vies humaines - des couettes, des couvertures, des os, des traces du travail, de la vie et de la mort des occupants, des vestiges d'un passé abandonné. En juillet 2005, Wang Bing s'est rendu dans le désert de Gobi, une caméra 35 mm à la main. Il marche d'un pas rapide à travers les champs qui étaient autrefois le tristement célèbre camp de rééducation antidroitier de Jiabiangou, où plusieurs milliers de déportés sont morts de faim. Il capture des Traces de vies humaines - des couettes, des couvertures, des os, des traces du travail, de la vie et de la mort des occupants, des vestiges d'un passé abandonné. Wang Bing est né à Xi'an, en Chine, en 1967. Il a étudié à l'Académie des beaux-arts Lu Xun, puis à l'Académie du film de Pékin (BFA). Il vit et travaille entre la France et la Chine. Vernissage  Le jeudi 8 février à 18:00 Entrée libre, sans inscription Visite guidée gratuite tous les samedis  10.02 à 15:00 (FR) 17.02 à 15:00 (EN) 24.02 à 15:00 (LU/DE) 02.03 à 15:00 (FR) 09.03 à 15:00 (EN) 16.03 à 15:00 (LU/DE) 23.03 à 15:00 (FR) 30.03 à 15:00 (EN) 06.04 à 15:00 (LU/DE) Entrée libre et sans inscription Visite curatoriale avec Anastasia Chaguidouline 13.04 à 15:00 (FR) Entrée libre et sans inscription Du 29 février au 10 mars 2024, la 14e édition du Luxembourg City Film Festival mettra en lumière le travail du cinéaste et artiste chinois Wang Bing. Une exposition de l’artiste à l’espace d’exposition Ratskeller, une master class, ainsi que la projection du film Jeunesse (Le printemps) seront présentées. Le programme complet sera disponible en février sur le site www.luxfilmfest.lu. En mars 2024, un focus sur l’œuvre de Wang Bing sera visible à la Cinémathèque de la Ville de Luxembourg. Retrouvez les informations sur les séances ainsi que le programme complet sur le site Internet et les pages Facebook et Instagram de la Cinémathèque. Commissaire : Anastasia Chaguidouline Avec le soutien du Luxembourg City Film Festival Remerciements : Wang Bing, Lihong Kong, Wil Productions, Gladys Glover Films, Galerie Chantal Crousel, Goodman Gallery London.
CHEF MEETS CHEF En clôture de l'exposition Hors-d'œuvre du Cercle Cité, retrouvez l'OCL pour un programme riche en couleurs et en saveurs en compagnie d'Anne Faber ! Pendant qu'elle revisitera des recettes luxembourgeoises emblématiques, des mélodies de Delibes donneront le ton à cette soirée, comme une invitation à la danse, tantôt amusante avec la Poule de Haydn, tantôt féérique avec l'exploration du Royaume des Délices de Casse-Noisette. Ce concert apéritif pour les oreilles et les papilles promet d'en régaler plus d'un ! Options végétariennes disponibles. Entrée : Place d'Armes (entrée principale)
CHEF MEETS CHEF En clôture de l'exposition Hors-d'œuvre du Cercle Cité, retrouvez l'OCL pour un programme riche en couleurs et en saveurs en compagnie d'Anne Faber ! Pendant qu'elle revisitera des recettes luxembourgeoises emblématiques, des mélodies de Delibes donneront le ton à cette soirée, comme une invitation à la danse, tantôt amusante avec la Poule de Haydn, tantôt féérique avec l'exploration du Royaume des Délices de Casse-Noisette. Ce concert apéritif pour les oreilles et les papilles promet d'en régaler plus d'un ! Options végétariennes disponibles. Entrée : Place d'Armes (entrée principale)
VISITE GUIDÉE POUR FAMILLES À l’occasion de l’exposition Hors-d’œuvre, le Cercle Cité vous invite à ses visites guidées ludiques spécialement conçues pour les familles. Découvrez l’exposition autrement : à l’aide des boîtes à odeurs, laissez-vous guider par votre sens de l’odorat pour trouver les aliments qui ont inspiré les artistes pour la réalisation de leurs sculptures, peintures et vidéos. En anglais Entrée libre et sans inscription, dans la limite des places disponibles